Histoire du musée

Un long mûrissement aboutit à la création du musée sous l’égide de la Confrérie du Guillon

Déjà au cours des années 1950, et plus particulièrement dans l’esprit de François Cuénoud, créateur et premier gouverneur de la Confrérie du Guillon, le Canton de Vaud se devait d’avoir une Maison de la vigne et du vin (en quelque sorte le Château du Clos Vougeot vaudois) qui abriterait un musée de la vigne et du vin et des locaux pour l’organisation, comme on disait à l’époque, de la propagande en faveur du vin.

A l’Exposition nationale de 1964 de Lausanne une belle section, “La Chaîne du vin”, présente une collection d’objets que la Confrérie du Guillon rachètera pour ce musée encore à créer. Dès l’année suivante, achats et legs définissent les contours de la future institution. Elle aura pour mission d’exposer les objets les plus anciens et les plus divers car l’évolution de la mécanisation fait disparaître très rapidement une quantité d’outils qui ont chacun leur poésie et dont les générations futures n’auront que ce souvenir. En 1967 un lieu d’accueil est trouvé: ce sera le Château d’Aigle.

Il existe une véritable civilisation du vin qui ne connaît ni race, ni frontière

Le Musée de la vigne et du vin sera vaudois par sa localisation ; en revanche, il s’efforcera de présenter l’aspect universel de la vigne et de son histoire ; il en recevra et en exposera les témoins de tout temps et de toute provenance.

Un schéma directeur est défini et le 19 janvier 1971 le Musée vaudois de la vigne et du vin est fondé par la Confrérie du Guillon avec le soutien de toutes les communes viticoles du Canton. Une grande récolte auprès des vignerons permet de rassembler une importante série d’objets viti-vinicoles. Mais, partant du principe qu’il serait faux de croire qu’un musée de la vigne et du vin est destiné à ne présenter qu’un pressoir, des brantes, des outils viticoles ou récipients de cave, les collections sont aussi développées dans les domaines des pratiques quotidiennes et festives de la civilisation de la vigne et du vin. Achats, dons et prêts de tableaux, gravures, sculptures, bouteilles, carafes, verres, porcelaines, tire-bouchons, … étoffent un ensemble qui sera présenté au Château d’Aigle dès 1975 dans l’esprit d’un musée d’arts et traditions populaires.
En 2004, le Musée International de l’Etiquette marie sa fabuleuse collection avec celle du Musée Vaudois de la Vigne et du Vin.

Dès 2010, un musée qui relève de nouveaux défis, qui s’adapte à son temps et aux attentes de ses visiteurs

En 2010 l’optique d’exposition a radicalement changé. Le musée s’appuie sur les pratiques actuelles du monde de la vigne et du vin dans nos régions, les inscrit dans leurs contextes environnementaux et paysagers et les ancre dans leurs profondeurs historiques et ethnographiques.

Les collections elle subsistent. Les objets du musée continuent à raconter leurs propres histoires, celles des hommes et des femmes, vignerons, vigneronnes, tonneliers, verriers, buveurs de vin, artistes, … qui ont construits nos villages, façonnés nos paysages, et qui finalement tous chantent le Chasselas, ce cépage qui, d’après les recherches les plus récente, est originaire des rives orientales du lac Léman.
Bien évidemment, seule une petite partie des quelque 8000 objets du musée ou des plus de 350’000 étiquettes sont exposés dans le musée. Cette section vous permettra d’en découvrir d’autres. A terme, il est prévu de mettre en ligne l’inventaire du musée.